Une aide ciblée et sans intermédiaires pour la
population indigente du Madagascar

Projet sanitaire

Dans le cadre du nouveau projet sanitaire lancé cette année par la FSM pour aider les plus indigents, entre les mois de juillet et août quatre enfants et trois adultes ont été opérés à cause de malformations osseuses. Les opérations ont été effectuées auprès du “Centro Sanitario santa Maria della Grazia” de Nosy Be-Androkaroka par deux médecins, un suisse-tessinois et un italien, aidés par des assistants et des infirmiers malgaches. Le cours post-opératoire est en train de se dérouler de façon satisfaisante.

ottobre 02   ottobre 03














La FSM se félicite du résultat et compte intensifier la formation professionnelle pour les médecins et les infirmiers autochtones afin qu’ils puissent s’occuper personnellement dans le futur des interventions chirugicales. En effet déjà deux jeunes sanitaires ont pu participer auprès d’un hôpital d’Antsirabe, une petite ville sur la “Grande Terre”, à un cours de formation dans le cadre de la chirurgie orthopédique. Le prochain cours, toujours soutenu par la FSM, aura lieu l’année prochaine.
Pour ce qui est prévu dans le nouveau projet sanitaire, cours de formation et interventions chirugicales, la FSM est disposée à mettre à disposition jusqu’à 20'000 CHF par année.

ottobre 04   ottobre 05   ottobre 06













Dans la première photo, à gauche le médecin Fidelis, a droite l’infirmière José et au centre le chirurgien Dr. Bonaventura, qui en a suivi la formation professionelle.

Un piccolo filmato dedicato alla “première” di questo progetto sanitario sarà pubblicato prossimamente su questo sito.




Eau potable pour tous


Sur la planète terre 25% de la population souffre à cause des grandes difficultés dans l'approvisionnement d'eau. Madagascar n'échappe pas à cette triste réalité, qui demeure l'une des principales causes du très haut taux de mortalité enfantine. Le monde occidental en particulier prend de plus en plus conscience du fait qu'un meilleur équilibre des ressources naturelles doit exister; à fin qu'elles puissent être distribuées a tous les habitants de la terre.

La Fondation Suisse Madagascar agit depuis 1993 avec des interventions ciblées et sans intermédiaires, surtout en milieu éducatif et sanitaire. Le comité directeur- en adhérant aux priorités surgies dans le récent forum sur le développement soutenable à Johannesburg, août 2001 - s'est engagé à soutenir un programme qui consiste dans une première phase et sur la période 2007-2010, dans la réalisation de 10 aqueducs en autant de villages de l’île de Nosy Be dépourvus d’eau potable, et cela sur le modèle de son premier aqueduc construit pour le village d’Ambatozavavy, siège sociale de la FSM, dans le bien lointain 1994.

Départ des travaux

Les travaux ont commencé le 28 octobre 2002 dans le petit village d'Amporaha (à l'extrémité nord). et ont avancé en 2003/2004 avec la construction d’autres trois aqueducs dans les villages de Befotaka, belamandy-Bevoalavo et Ampasindava. En 2005 les constructions ont concerné les villages de Andimakabo, Andrafia et Bemanondrobe et en 2006 ceux de Andrekareka (sur la petite île de Nosy Komba), Maromaniry et Ampasimena (sur l’îlot de Sakatia).

Avec un petit retard sur les prévisions, un miracle à ces latitudes, la première phase a pu être terminée dans les premiers mois du 2007 avec la construction du onzième aqueduc, au village d’Antsakolany.

Deuxième phase

Une fois cette première session terminée, la FSM a lancée la deuxième phase du programme, prévue pour la période 2007-2010 et qui intéresse 10 autres villages, toujours sur l’île de Nosy Be. Le coût de cette phase a été calculé de fr. 197'000.-. Les villages choisis sont les suivants : Navetsy, Andraibo, Mangirankirana, andrianankonko, Antafianambitry, Ambohibory, Marokindro, Ampasipohy, Ampangorina et Antrema. Dans un deuxième temps les villages de Antafianambitry, Ampangorina et Antrema ont été substitués par les villages de Andilamavo, Antsatrabevoa et Fascène-Ampasy parce qu’avec les premiers trois les responsables de la FSM rencontrèrent plusieurs difficultés de réalisation, surtout dues aux difficultés de repérer des sources d’eau fiables pendant toute l’année.

Les travaux de la deuxième phase ont commencés début octobre 2007 au village enclavé de Navetsy, à l’extrémité nord de l’île. La FSM documente chaque réalisation et les vidéos sont disponibles pour quiconque soit intéressé.

En conclusion la FSM a pu terminer ses deux premières phases du programme «Eau potable pour tous», qui consista dans la construction de 21 adductions d’eau, avec seulement un an de retard, ce qui est un vrai miracle vu les difficultés d’ordre climatique, technique mais aussi humain rencontrées. L’investissement financier a été d’environs fr. 400'000.-.

Continuation du programme

Avant de commencer une troisième phase dans le programme «Eau potable pour tous», qui consistera de se déplacer sur la Grande Terre (plus précisément dans la région de Ambanja, une petite ville juste au-delà du bras de mer qui la sépare de l’île de Nosy Be) pour lancer un projet de 10 ultérieures adductions d’eau dans autant de villages, la FSM, vue l’expérience acquise, veut se concentrer dans la révision complète des installations des deux premières phases, soit du point de vue technique soit du point de vue des méthodes d’entretien des installations.

À cet effet les techniciens de la FSM, après un minutieux contrôle, ont rédigé un programme d’intervention qui devra intéresser non seulement les comités de l’eau concernés mais aussi tous les villageois, y compris naturellement les autorités locales, avec lesquelles ils ont stipulé les relatives conventions.
Ce contrôle sera effectué sur 3 ans, dans la période 2012-2014, et inclura aussi l’adduction d’eau d’Ambatozavavy, la première réalisation de la FSM (1994), qui maintenant nécessite d’une restructuration importante, vu qu’entre temps ce village a pris de l’ampleur.
La dépense totale de l’intervention sur les 21 adductions d’eau plus celle de Ambatozavavy est estimée en fr. 90'000.- et le projet d’étude pour les 10 aqueducs de la troisième phase dans autant de villages de la région d’Ambanja en fr. 5'000.-; le tout devra être réalisé dans la période susmentionnée.

Résultats et fin du programme "2012-2014"

Avec la fin de l'année 2014 se termine la réévaluation de toutes les adductions d'eau construites selon le programme «Eau potable pour tous», réparti sur deux phases, la première entre 2003 et 2007, la deuxième entre 2008 et 2012.
Du point de vue de la population les résultats acquis ont été sans aucun doute positifs. Á l'heure actuelle des milliers de personnes qui vivent dans la partie rurale de l'île reçoivent de l'eau propre pendant l'essentiel de l'année. Du point de vue de la FSM et des autorités locales l'objectif fixé au départ a été certainement atteint mais, vu la particulière délicatesse qu'il faut avoir pour insuffler du dynamisme aux habitudes ancestrales enracinées dans le quotidien de ces communautés, le procès d'accoutumances à de nouveaux modes de vie, même si primaires, est loin d'être conclu.

À ce propos voici deux exemples significatifs. Avant tout il est à souligner le cas intéressant de Ampasipohy, un des villages qui a reçu les structures. Ampasipohy est situé aux pieds du Parc National de Lokobe, une destination touristique parmi les plus importantes de l'île. Comme ce village distribue l'eau à quelques établissements touristiques qui se sont implantés au pourtour, actuellement il bénéficie de ces derniers de quelques appuis logistiques importants, en particulier pour ce qui concerne l'entretien. Ampasipohy a pu se rendre donc indépendant et la FSM ne peut qu'être satisfaite du moment que son intervention, d'importance primaire telle qu'il est le don de l'eau, a contribué à améliorer concrètement les conditions de vie d'une communauté.
Cependant on ne peut pas s'en passer des cas de Andrekareka et Andrahibo: ces deux villages n'ont pas pu bénéficier des mêmes interventions d'amélioration au profit de leurs structures parce que les conditions nécessaires ne se sont pas vérifiées, sûrement à cause des conditions climatiques hostiles mais aussi dues à la maladresse de leurs responsables au sujet de la protection des captations d'eau, actuellement irrémédiablement perdues.

Pour conclure et selon les accords pris au préalable avec la Commune Urbaine de Nosy Be toutes les structures des adductions d'eau ont été maintenant confiées à l'administration communale pour le suivi nécessaire à leur correct fonctionnement et à la perception des cotisations pour l'utilisation de l'eau. Évidemment la FSM a assuré les autorités communales qu'elle les appuiera dans leur tâche si cela se rendait nécessaire, soit financièrement que techniquement.

Le programme «Eau potable pour tous» est donc clos pour ce qui concerne l'île de Nosy Be. Des aides complémentaire dans ce secteur seront éventuellement répertoriées dans les projets qui vont dériver de la Convention de Partenariat stipulée avec la Commune le 9 septembre 2014.

p189j6k3baj5mv8v1crjb9u1ue46 p189j6k3bahme6111fl5fmukf54 p189j6k3bae4u1ai01skckksv75

 

 

 

 

 

 
 

  • FSM - Fondazione Svizzera Madagascar
    C.P. 6263
    Via Ferruccio Pelli 9
    6901 Lugano
    Svizzera
  • Tel. +41 (91) 923 27 66
    Fax +41 (91) 923 43 82
Abonnez-vous à la newsletter

captcha  

La FSM est née en 1993 comme fondation indépendante, laïque et sans but lucratif. Reconnue par le Gouvernement malgache suite à un "Accord de Siège" et par la Confédération Helvétique, elle a fêté en 2013 vingt années d'activité humanitaire sur l'île de Nosy Be, dans le secteur sanitaire, socio-educatif et de l'environnement.